publicité

Piratage : une histoire de matériel ?


Société : L’arrivée d’une nouvelle télévision peut amener à des questionnements quasi philosophiques.

Si vous me suivez sur mon compte personnel sur Twitter, vous avez pu lire mes messages nerveux concernant ma télévision. Elle avait 17 ans, c’était l’une des premières à écran plat et depuis le déploiement de la nouvelle version de la TNT, elle ne recevait plus aucune chaîne. 

 

Bidouilleries nerveuses

Ayant investi dans un décodeur auprès de mon fournisseur d’accès à Internet et au prix de quelques fantaisies techniques, je m’étais bricolé un système plus ou moins fonctionnel. Toutes les bonnes choses ayant une fin, j’ai pris sur moi — et sur mon compte en banque — d’investir dans une nouvelle télévision, l’ancienne étant clairement en fin de vie.  

Quitte à ouvrir mon portefeuille, j’ai décidé de prendre une Smart TV et cela n’étonnera personne, le premier signet que j’ai ajouté à ma télévision est le flux Periscope de l’Assemblée nationale. Après quelques jours d’utilisation, je me suis fait la réflexion que cet outil était un vecteur de divertissement légal.  

Mon décodeur TV ne me permettait pas d’avoir accès gratuitement à l’application Netflix ou Amazon : je devais payer — en plus de l’abonnement à l’un ou l’autre de ces services — une prestation supplémentaire. Même chose pour la vidéo à la demande et le replay n’a quasiment jamais fonctionné correctement, y compris pour les chaînes France Télévision. Quant à la passerelle média, en un mot comme en cent : elle est pourrie. Même mon petit lecteur DVD/Blu-Ray qui a coûté 30 € est capable de lire les contenus média d’un dossier en continu, ce que n’est pas capable de faire le décodeur de FAI.

KISS, Keep It Simple, Stupid

En résumé, les constructeurs TV ont compris une chose basique : si le légal est plus facile d’accès que l’illégal, les gens se tourneront mécaniquement vers le légal, tout comme Netflix et consorts. Pourquoi aurais-je envie de partir à la chasse au dahu pour « pirater » un contenu vidéo lorsque je peux l’avoir légalement, en bonne qualité et disponible, à un prix raisonnable, légalement ? Au bas mot, cela doit faire 15 ans que l’on chante cette musique à tous les ayants droit. 

Évidemment, une Smart TV est un investissement, tout comme un abonnement à un portail vidéo. Mais si je m’amuse à faire le calcul sur du long terme, je suis gagnante financièrement d’autant que j’ai accès facilement aux contenus du domaine public. Au-delà de mon cas personnel et de mon nombril, cela m’interroge sur l’accès à la culture — dans son acceptation très large.  

En France, on considère que la culture fait partie du minimum syndical auquel tout individu doit avoir droit. Dans les faits, il est évident que si vous habitez Paris, la petite couronne ou de grands centres urbains, vous avez plus facilement accès aux musées, aux théâtres, aux concerts et aux salles de cinéma, indépendantes ou non. La télévision et Internet sont donc les seuls vecteurs culturels dans un bon nombre de foyers, sous réserve d’avoir les équipements nécessaires. 

 

Fracture culturelle

Autre détail : le terreau familial. J’ai grandi dans une famille où tout le monde avait un livre à la main, cela n’étonne donc personne que je consacre une à deux heures par jour à la lecture. Est-ce que cela aurait été le cas si mes parents n’étaient pas de grands lecteurs ? De la même manière, une bonne partie de mon éducation cinématographique et musicale a été forgée par mon père.  

Pour la personne qui est dans un secteur où l’accès à Internet est matériellement compliqué et qui n’a pas les moyens d’acquérir une télévision dernier modèle, l’accès à la culture se résume à rien ou presque. Ajoutons à cela la présence famélique de cinémas, ne diffusant que des blockbusters et de centres commerciaux avec un espace culturel où l’on ne trouve que les derniers « livres » d’Éric Zemmour et des romans Harlequin, il n’y a pas de quoi enivrer les foules.  

Après tout, on pourrait aussi se dire que cette question d’accès à la culture et au divertissement ne relève pas de l’État et que chaque individu doit se débrouiller. Je pourrais abonder en ce sens s’il n’y avait pas l’exception culturelle, qui est devenue le prétexte préféré des ayants droit pour militer pour la surveillance du Net.  

J’ai beau me creuser la cervelle, je n’ai pas souvenir d’avoir entendu autre chose de la part des ayants droit qu’un discours répressif. Il n’y a pas eu de véritable encouragement de leur part vers les offres légales et pire encore, alors que Netflix est plébiscité — et concurrencé par d’autres acteurs du secteur — par les utilisateurs, une certaine élite artistique essaie de l’éloigner.  

Heureusement, ce snobisme n’est pas partagé par les producteurs de cinéma américains, qui n’hésitent pas à conclure des partenariats, comme Blumhouse et si les constructeurs se mettent aussi à concilier les usages et les offres légales, il y a une amélioration notable. 


A lire aussi :

Cam : un sentiment d’inachevé

Je n’ai pas été emballée par Cam, malgré des a priori positifs. Pour autant, je concède qu’il est intéressant....

Tris Acatrinei

A propos de Tris Acatrinei

Consultante en sécurité informatique, Tris Acatrinei est aussi une enfant de l'industrie du divertissement, qu'elle prend comme une source d'inspiration.

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

6 réponses
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • "les derniers «?livres?» d’Éric Zemmour (...), il n’y a pas de quoi enivrer les foules."

    Vous n'aimez pas Zemmour ?
    Oh ! Surprenant, on n'avait pas deviné ...
      
    • Je ne vois vraiment pas non plus ce qui pourrait me faire apprécier un pseudo historien de plateaux télé mais vrai révisionniste d'arrière-salle de bordel.
    • 
    • D'un autre côté cfreund, il n'y a que les moutons du monsieur pour croire en toutes les Fake News du monsieur. Quelque part, vivement que la loi anti fake news soit votée, ça nous fera des vacances de ce côté là ;)
  • 
  • Fais gaffe si ya Android dans ta smart TV, elle va se faire attaquer par Gooligan.

    Et puis, la smart TV est à la TV ce que le le smartphone est à coté du mobile.
    Et tout cas, moi je m'en méfierais comme la peste....
    http://www.consumerreports.org/privacy/how-to-turn-off-smart-tv-snooping-features/
  • 
  • Dans mon cas, VDO de tres vieux films genre la bandera, l'illegal reste malheureusement la seule et unique solution; avec principalement Winmx (logiciel datant des annees 90). Pour rappel, la Culture n'est pas seulment le moderne, mais aussi l'ancien voire l'antique.
  • 
  • Ben pour la méga télé on trouve des 55 pouces 4 k à 300 balles, sinon la pièce de musée peut encore tourner sur la péritel du player free révolution (pas la gnognote à 2 € aux détections courant porteur et wi-fi faméliques) ça m'a permis de tourner sur écran récent mais adsl campagrarde.
    Personnellement je suis aussi d'une famille d'artistes ou croiser les plus grands acteurs de théâtre ou musiciens prix de Rome était aussi banal que vous l'épicier du coin, isolé au milieu d'une famille qui ne l'est pas du tout, j'ai découvert sur smartphone "e-pub" et ses milliers de livres dispo gratos ou 3 francs 6 sous, et c'est que du bonheur.
publicité